Ce week-end, les amoureux de cyclo-cross se sont réunis à Dûbendorf, en Suisse, pour vivre l’événement de l’année. Pour l’équipe de France, les Championnats du Monde ponctuent une saison riche, débutée avec 4 médailles lors des Championnats d’Europe en novembre dernier.

 

 

Des Juniors encore en apprentissage

 

 

Pour la première fois de l’histoire, un titre mondial va être décerné dans la catégorie Juniors Femmes. Les Françaises, Lauriane Duraffourg et Line Burquier, espèrent tirer leur épingle du jeu. Après un mauvais départ, la Championne de France Juniors tente de remonter mais doit se contenter d’une 6e place : « Je suis déçue de cette place car je voulais faire un top 5 ou monter sur le podium. Je sais que j’en étais capable mais les sensations n’étaient pas au rendez-vous ». Lauriane Duraffourg termine à la 12e place.

 

 

Des Juniors encore en apprentissage lors de cette édition

 

Chez les Hommes, le sélectionneur François Trarieux a composé un groupe homogène. Cette saison, plusieurs coureurs ont réalisé des places d’honneur en Coupe du Monde. Remi Lelandais est même monté sur le podium à deux reprises. Une première pour un Français depuis 2017.

 

Malheureusement, les Tricolores n’ont pas réussi à peser sur la course. L’armada belge prend rapidement les commandes et sur un terrain très difficile, personne ne parvient à suivre le rythme. Florian Richard-Andrade, 1er Français, termine à la 8e place.  Le sélectionneur dresse tout de même un bilan positif de la saison : « Ce fut une année intéressante avec une belle génération. On a une belle densité et il faut continuer à travailler. »

 

 

Les Tricolores n’ont pas réussi à peser sur la course

 

 

Antoine Benoist à la mauvaise place

 

Médaillé l’an passé, Antoine Benoist aborde ces Mondiaux avec un nouveau statut. Après un début de saison difficile, le Breton connaît un bon mois de janvier avec notamment un nouveau titre de Champion de France Espoirs. Il réalise un bon départ pour passer les premières difficultés en tête. Dans la roue des meilleurs jusqu’à la mi-course, Antoine Benoist subit une cassure qu’il ne parviendra pas à combler. 4e à l’arrivée, le Français est déçu mais reconnaît la supériorité de ses adversaires : « C’est dommage d’avoir fait autant de sacrifices pour finir 4e. C’est le sport et le plus fort a gagné ».

 

Malheureusement Antoine Benoist est à la mauvaise place

 

 

Marion Norbert-Riberolle au sommet !

 

 

Ce dimanche, la course Espoirs Femmes est la dernière chance pour l’équipe de France de ne pas rentrer bredouille. En très grande forme depuis quelques semaines (Championne de France Élite et 10e de la manche de Coupe du Monde à Nommay), Marion Norbert Riberolle se sait attendue. La pluie s’est invitée sur le parcours pour ce deuxième jour rendant le terrain extrêmement boueux. Les conditions parfaites pour la jeune Troyenne !

 

Dès le premier tour, la Française impose son tempo et creuse l’écart avec ses poursuivantes. Rapidement isolée avec une quinzaine de secondes d’avance, Marion Norbert-Riberolle ne cesse d’accroître son avance au fil des tours. Dominatrice,  elle a le temps de savourer sa victoire. Drapeau bleu-blanc-rouge à la main, Marion Norbert Riberolle franchit la ligne d’arrivée avant de se jeter dans les bras de ses proches. Elle devient la 1ère Française à remporter le titre mondial dans cette catégorie. Maillot arc-en-ciel sur les épaules, elle ne peut cacher son émotion : « C’est un truc de fou ! J’ai du mal à croire que c’est le mien. Je vais peut-être dormir avec le maillot pour réaliser. ».  Prochaine étape : décrocher le titre dans la catégorie Élite.

 

 

Marion Norbert-Riberolle est au sommet à Dübendorf

 

 

Après un premier jour décevant, la journée de dimanche a souri au collectif français. Le titre mondial couronne les efforts et le travail de l’ensemble du staff.  La meilleure des manières de ponctuer cette belle saison !

 

 

Le collectif français prend la pose