L’été bat son plein et pour les plus chanceux, les vacances avec. C’est LE moment privilégié de l’année pour sortir son vélo à crampons et pour se lancer dans de longues balades à la fraîche, en montagne ou dans les sous-bois. Le VTT, c’est l’occasion d’arpenter de magnifiques paysages, de descendre à toute vitesse des pentes vertigineuses et de partager du bon temps avec les copains, surtout. Des moments qu’il peut être sympa de capturer pour la postérité (et surtout pour les réseaux sociaux).

 

 

Devant ce constat, on s’est dit que vous seriez preneurs de nos conseils hollywoodiens pour bien utiliser votre caméra embarquée :

 

Quel type de caméra ?

 

 

On ne va pas trop rentrer dans les détails techniques propres à chaque modèle de caméra mais il faudra au minimum un modèle embarqué permettant de filmer entre 60 et 240 images/seconde pour avoir la qualité suffisante et nécessaire à un montage de film. S’agissant de la résolution, à partir de 720p l’image sera déjà très belle. Si vous souhaitez le nec plus ultra, optez pour un modèle 4K.

 

Attention : plus la résolution de votre appareil sera élevée, plus la vidéo sera lourde et plus la batterie de votre appareil sera mise à rude épreuve. Il faut donc bien penser à investir dans des cartes SD d’au moins 64go et dans plusieurs batteries. Parce que louper un spot ou une descente à cause du stockage ou de la batterie, c’est très frustrant. 

 

Au niveau des petites spécificités (quand même), les derniers modèles de la plus célèbre des marques de caméras embarquées proposent un stabilisateur intégré. C’est clairement LE détail qui fait la différence. Cela a certes un prix mais le rendu final sera pour sur époustouflant (indépendamment de votre niveau de pilotage, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour vous).

 

Pensez également à vous équiper des accessoires qui vous permettront de fixer l’appareil à l’endroit souhaité. De nombreuses possibilités et donc de nombreux gadgets (qui n’en sont finalement pas) sont à prévoir, on vous les détaille juste en dessous.

 

 

Au rayon des best-seller nous retrouvons évidemment la (justement) réputée et incontournable GoPro. OSMO prend aussi d’assaut le marché de la caméra embarquée avec son nouveau bijou : l’OSMO ACTION.
Au rayon des best-seller nous retrouvons évidemment la (justement) réputée et incontournable GoPro. OSMO prend aussi d’assaut le marché de la caméra embarquée avec son nouveau bijou : l’OSMO ACTION.

 

 

Où et avec quoi fixer la caméra ?

 

 

Comme nous le disions, il existe plusieurs emplacements pour fixer la caméra et il est possible d’en changer au cours de la sortie pour profiter de différents points de vues. Selon nous, les plus intéressants pour faire les plus beaux plans sont :

 

  • Sur la poitrine (avec un harnais) pour voir le poste de pilotage et se mettre dans la peau (ou dans les yeux) du rider.
  • Sur le casque pour une vue plus haute et plus lointaine (attention aux branches basses ;))
  • Sur le VTT : cintre, fourche, bases arrières, haubans, tige de selle, cadre, tout est envisageable à l’aide de supports de fixations dédiés. Là, on aura l’impression d’être sur le vélo et ça sera plutôt impressionnant (mais bruyant).
  • Plans fixes : c’est toujours intéressant de pouvoir, aussi, filmer une portion de descente ou un saut depuis le bord du chemin, sans être en caméra embarquée. Un petit trépied aux branches articulées vous permettra d’avoir une image parfaitement stable, droite et vous pourrez même composer avec la nature en l’accrochant aux arbres.

 

 

Le harnais sur le torse et l’attache sur le casque sont des emplacements qui permettent de faire de très belles images.
Le harnais sur le torse et l’attache sur le casque sont des emplacements qui permettent de faire de très belles images.

 

 

Régler sa caméra

 

 

Maintenant que vous avez votre caméra et que vous savez où est-ce que vous allez la positionner pour avoir les plus belles images, il est essentiel de bien la régler.

 

Et oui, l’un des inconvénients des caméras embarquées (qui tend à disparaître avec les derniers modèles) est l’absence de retour écran en direct. On ne voit donc pas si ce que l’on filme est exploitable. Afin de ne pas avoir de mauvaises surprises au moment de dérusher,  nos collègues d’UtagawaVTT ont fait la liste des réglages qu’il faudra paramétrer avant d’appuyer sur rec.

 

  • Résolution : de 720p jusqu’à 4k
  • Framerate : de 60fps (4k maximum) à 240fps (720p minimum) pour des ralentis précis.
  • Format : Wide ou Superview (plus de 160°).
  • Date/Heure : vérifier que votre caméra est à la bonne date et à la bonne heure.
  • ISO : régler la sensibilité en mode automatique.
  • Balance de blanc : à régler en automatique.
  • EV/Indice de luminance : lorsque ce réglage est disponible, à positionner sur « 0 »
  • Gimbal control/stabilisation : à activer si vous n’avez pas de Gyrostabilisateur dédié.
  • Extinction automatique de l’écran arrière : à activer sur 30s ou 1mn pour économiser de la batterie.
  • Wifi/Bluetooth : à désactiver pour également économiser la batterie.

 

 

Sur la GoPro, les réglages peuvent se faire directement sur l’écran tactile situé à l’arrière de la caméra.
Sur la GoPro, les réglages peuvent se faire directement sur l’écran tactile situé à l’arrière de la caméra.

 

 

Préparez votre matériel la veille du départ

 

 

On ne croirait pas comme ça mais réaliser un chef d’oeuvre du 7ème art lors d’une sortie VTT entre potes demande un peu d’anticipation. Parce qu’il n’y a rien de plus frustrant et énervant avec la technologie que lorsque ça ne fonctionne pas, il est essentiel de ne rien laisser au hasard.

 

Voici donc une petite “check-list de la veille” qui devrait vous permettre d’arriver serein sur le lieu du tournage.

 

  1. Charger ses batteries (si vous les laissez charger pendant la nuit, n’oubliez pas de les débrancher et des les embarquer en partant)
  2. Vider sa carte mémoire (et la remettre de suite dans votre caméra pour ne pas l’oublier et pour vous assurer qu’un formatage n’est pas nécessaire).
  3. Régler sa caméra
  4. Rassembler tous les accessoires

 

Apprenez à filmer en vous amusant

 

 

Vous avez désormais toutes les informations techniques et tous les tips logistiques en main pour réaliser de beaux best-of de vos sorties. Sauf que… le talent et l’expérience de la vidéo, ça ne s’apprend pas sur internet (ou pas complètement en tout cas).

 

Vous allez d’abord faire des plans inexploitables, incohérents et inassimilables les uns aux autres, c’est inévitable. Ce n’est qu’au fil des vidéos que vous allez comprendre ce qu’il vous manque pour accoucher d’un vrai best-of qui met les frissons.

 

Alors : lâchez-vous ! Tentez des prises de vue inédites, des plans originaux, alternez les plans séquences et les plans très courts… Au fur et à mesure, vous comprendrez qu’il n’est pas nécessaire de filmer 8 heures pour une vidéo de 3 minutes, que parfois un plan de 5 secondes suffit et que surtout, c’est avant tout la bonne humeur des protagonistes de votre vidéo qui la rendra sympa. Alors entre deux plans de vélos, filmez votre pote qui n’arrive pas à descendre son vélo de la télécabine ou à déchausser en arrivant en bas.

 

 

Comment bien utiliser sa caméra embarquée en VTT ?

 

 

Inspirez-vous des meilleurs

 

C’est compliqué au départ de savoir quoi filmer pour faire un film réussi. Pour ça, il y a quelques recettes “miracles” et quelques druides de la discipline. Parmi eux, on ne pourra que vous conseiller le meilleur : (notre ambassadeur) Kilian Bron.

 

En plus d’être l’un des meilleurs pilotes d’enduro au monde (il est vrai que ça aide un peu), il est aussi très doué pour nous emmener rider avec lui tout en restant dans notre canapé.

 

Alors pour prendre de l’inspiration (sur la partie vidéo seulement ça sera déjà suffisant) on vous laisse découvrir ses plus belles réalisations ici et ici.

 

D’abord on se fait plaisir, ensuite on filme

 

 

On discute plans, technique et matos mais on en oublierait presque l’essentiel : le plaisir.

 

Il ne faut pas oublier que ce que vous allez filmer c’est ce que vous allez rider ! Plus globalement, ce ne sera que le récit de votre sortie de vélo. Alors si vous voulez un film sympa, il faudra d’abord passer une journée sympa. Ça veut dire qu’on pense d’abord à s’amuser et qu’en parallèle on essaye de capturer les meilleurs moments de ces bons moments.

 

Si vous partez dans le raisonnement inverse, cela risque de rendre une vidéo ennuyeuse. Pourquoi ? Parce que vous aurez passé la journée à penser à votre film plutôt qu’à profiter de votre sortie du jour.

 

 

Saut en VTT

 

 

On vous souhaite bonne chance et on attend la projection de vos films dans les plus grands festivals de sports extrêmes !

POUR ÊTRE INFORMÉ(E) DES OPPORTUNITÉS OFFERTES PAR ŠKODA WE LOVE CYCLING :