Les photos et récits de cyclos vous font rêver ? C’est décidé, à votre tour de mettre un dossard pour de superbes aventures ! On vous dit tout pour bien aborder votre première cyclo.

De nombreux facteurs sont à prendre en compte lorsque l’on souhaite s’attaquer à l’une des nombreuses cyclos du calendrier. Comment la choisir, le matériel, l’entraînement, les astuces pendant l’épreuve… voici les points capitaux à connaître pour prendre un maximum de plaisir et boucler ce défi : votre première course cyclosportive.

Groupe de cyclistes au départ d'un entraînement en vue de leur première cyclosportive

 

1. Choisir sa cyclo

 

Le plus important, c’est votre motivation ! Choisissez LA course qui vous fait vibrer, qui vous attire et pour laquelle vous serez prêt à vous entraîner même sous la pluie. S’inscrire avec des amis peut aussi vous booster en amont, et pendant l’épreuve.

Quel que soit votre niveau, ne vous surestimez pas sur la difficulté (kilométrage, dénivelés), et affinez votre objectif : finir l’épreuve, vous challenger sur des ascensions, vous amuser en descente, chercher un bon classement…

Concernant le terrain, Il est préférable de se lancer sur des cyclos en montagne lorsqu’on a soit le terrain de jeu à disposition à l’entraînement, soit la possibilité d’y rouler une ou plusieurs fois en amont de l’épreuve.

Si vous n’êtes pas à l’aise avec le monde, privilégiez des cyclos à taille humaine à des grosses épreuves comme l’Etape du Tour, qui rassemblent chaque année des milliers de sportifs.
Enfin, ayez confiance en vous ! Pas besoin d’être champion du monde pour se lancer sur une cyclo, en s’entraînant régulièrement, et en suivant ces quelques conseils, vous parviendrez à atteindre votre objectif.

 

2. S’habituer à rouler en peloton

 

Il va aussi falloir se préparer à une autre particularité de la cyclo : la course en peloton.

C’est souvent un frein pour les novices, mais une fois qu’on connaît les codes, tout se passe bien ! Sur l’Etape du Tour ou la Marmotte, ce sont des milliers de concurrents qui s’élancent, et même sur des petites épreuves, on est toujours au moins quelques centaines au départ. C’est donc primordial de connaître et de respecter les règles de sécurité, mais aussi d’acquérir de l’aisance et les techniques liées au peloton : se protéger du vent, s’économiser, anticiper les courbes …

Les franciliens peuvent se rendre sur les deux spots à cyclistes de la capitale : le circuit de l’Hippodrome de Longchamp et le Polygone du bois de Vincennes. (Attention, ça peut rouler fort et nerveux). Pour les autres, on recommandera de rouler en groupe, mais surtout de se rapprocher de structures comme les Clubs ŠKODA pour participer à des entraînements collectifs et récolter les précieux conseils de coureurs expérimentés, dans une ambiance conviviale !

 

Des cyclosportifs s'entrainant à rouler en peloton.

 

3. Le matériel

 

Pas besoin de vélo dernier cri full carbone avec frein à disques pour terminer votre première cyclo !

C’est bien sûr du confort et tant mieux si vous êtes très bien équipé mais ce n’est pas un indispensable et ça ne compensera ni votre mental ni l’entraînement.

Le plus important est de bien connaître son vélo, qu’il soit bien entretenu, d’avoir le développement adapté au profil de l’épreuve (taille de plateaux / cassette), et de savoir « réparer » un minimum son vélo ! Si vous n’êtes pas à l’aise avec tout ça, rdv chez un vélociste.

Si vous avez en tête de vous mettre au vélo dans le but de faire une cyclo, n’hésitez pas à lire notre article pour bien choisir votre premier vélo.
Coté textile, investir dans un bon cuissard avec une peau de chamois adaptée n’est pas du luxe. Cela vous épargnera de possibles frottements et irritations durant votre journée de vélo…

Pensez à tester à l’entrainement le matériel que vous utiliserez pour la cyclo : le choix des bidons, la sacoche de selle, le compteur si vous en avez un. En course, avec l’ambiance particulière, le stress, la perception de bons nombres d’éléments est modifiée, et vous serez rassurez de retrouver vos repères.

Idem côté alimentation, même si vous trouverez sans doute des ravitaillements sur votre cyclo, pensez à tester vos barres énergétiques et boisson de l’effort. Il peut être intéressant aussi de réaliser une ou plusieurs sorties « test » en condition course : même horaire, petit déjeuner type avant course…

 

Deux cyclosportifs à l'entrainement

 

4. Pas de secret : s’entrainer !

 

Ça paraît évident, mais on vous déconseille fortement de partir tête baissée sur votre première cyclo sans avoir un minimum de kilométrage dans les jambes. 3-4 mois de préparation nous semble idéal en préparation d’une cyclo de plus de 100 kilomètres.

L’accent doit principalement être mis sur le foncier (= l’endurance), en y allant par étape. Comme un marathonien ne va pas courir 42 bornes à l’entraînement tous les dimanches, on ne va pas nous non plus directement rouler 180km. 😉 Commencez par tranches de 50 à 60 kilomètres (2-3h), et augmentez petit à petit la distance jusque 120 km, en coupant, pourquoi pas, pour la pause déjeuner en chemin.

On ne va rien vous apprendre mais c’est très important d’être régulier et de s’astreindre à une sortie longue par semaine. Pas question de laisser filer trois semaines dans le canapé !

Pour continuer à s’entraîner même durant les périodes de pluie ou de froid, les home-trainers ou vélo de salle de sport sont d’excellentes solutions de repli. Le matériel connecté et les diverses applications disponibles vont notamment permettre à ceux qui préparent une cyclo montagnarde loin des sommets de « fabriquer » des parcours ressemblant en distance mais aussi en dénivelé à ceux des objectifs établis. Même si vous n’avez pas à disposition des côtes de plus de deux kilomètres, rien ne vous empêche de monter la même bosse 10 fois de suite !

 

5. Pendant la cyclo

 

Ça y est, vous êtes prêts ?

Voici nos derniers conseils pour bien aborder votre objectif :

  • La veille, économisez-vous d’un point de vue sportif, et changer vous les idées pour ne pas lâcher trop d’énergie si vous êtes d’un naturel stressé. Rassurez-vous, la dernière nuit ne changera rien à votre forme du jour J, ce n’est pas grave si vous avez du mal à trouver le sommeil avec l’excitation.
  • Prévoyez large côté timing avant le départ. C’est toujours impressionnant quand on n’a pas l’habitude, cela vous laissera le temps de vous familiariser et de vous laisser griser par l’ambiance ! N’hésitez pas à vous placer en milieu/fin de peloton. Les excités partiront vite devant, et vous éviterez les jeux de coudes pour trouver votre place.
  • Attention au départ trop rapide, vous pourrez le payer plus tard, et ce serait dommage d’avoir les jambes cramées à la mi-course 😉 En cours de route, si d’autres cyclistes vous doublent, ne cherchez surtout pas à les suivre, gardez le rythme que vous avez bossé à l’entraînement !
  • Prenez le temps de faire des pauses si vous en ressentez le besoin, et de bien vous ravitailler en dehors avec vos réserves et dans les zones prévues à cet effet. Détachez-vous du chrono pour cette première !

Les filles, pas de panique, même si vous n’êtes pas nombreuses, vous serez en général toujours bien accueilli dans le peloton par ces messieurs, et encouragées sur le parcours !

Si vous préférez rouler entre filles, il existe également des cyclistes 100% féminine. Un article dédié prochainement ?

 

Deux cyclistes à l'entrainement