Une récente étude de l’Université du Minnesota ayant examiné divers modes de transport a conclu que « le vélo est le moyen de transport qui procure le plus de bonheur ». Les chercheurs, qui ont entrepris de mieux comprendre les connexions entre les comportements de déplacement quotidiens et le bien-être émotionnel, ont en effet apporté des conclusions très intéressantes, mettant en évidence les points suivants.

« Les transports jouent un rôle important dans notre vie quotidienne. Les Américains consacrant en effet chaque jour un temps considérable à leurs déplacements », explique Yingling Fan, Ph.D., professeure à la Humphrey School of Public Affairs de l’Université du Minnesota. « Il est important de savoir si certains types de trajets sont plus susceptibles de générer des émotions positives lorsqu’on tient compte de facteurs personnels. »

Vélo dans les champs
Le vélo est le moyen de transport qui procure le plus de bonheur.

Les chercheurs ont examiné la manière dont le moyen de transport, sa durée et son but, ainsi que les personnes avec qui on se déplace, façonnent six conditions reposant sur les états émotionnels. Il s’agit des suivants : bonheur, harmonie, fatigue, stress, tristesse et souffrance. L’étude des données démographiques personnelles, des problèmes de santé et des zones résidentielles a permis d’établir la conclusion suivante :

  • Le vélo est le moyen de transport qui procure le plus de bonheur.
  • Les transports en commun sont le mode de transport le moins générateur de bonheur et d’harmonie.
  • Les déplacements à pieds « utilitaires » sont quant à eux associés aux quatre émotions négatives précédemment citées.
  • Conduire une voiture est beaucoup plus pénible que de voyager en tant que passager.
  • Les trajets en bus procurent moins de bonheur que les voyages en train et en voiture.

La promotion du vélo est nécessaire

Sur la base de ces résultats, Yingling Fan recommande aux planificateurs des transports de promouvoir le vélo auprès de leurs citoyens. Ainsi que d’améliorer l’expérience des usagers des transports en commun. Si les émotions ressenties en lien avec les transports en commun ne deviennent pas plus agréables, il sera sans doute difficile d’encourager les gens à les utiliser. Elle suggère également aux planificateurs d’élaborer des stratégies favorisant un environnement urbain plus propice aux trajets plus courts. Ainsi que davantage de trajets communs avec la famille et les amis.

Voyager à vélo en famille
Voyager avec la famille — en particulier les enfants — ou avec des amis est davantage générateur de bonheur et d’harmonie que voyager seul.

Les résultats suivants concernant d’autres aspects du transport expliquent pourquoi :

  • La durée du trajet est négativement associée au bonheur, mais elle a une connexion positive avec le stress.
  • Les trajets permettant de faire de l’exercice ou de participer à des activités communautaires sont généralement associés à des niveaux d’émotions positives plus élevés. Ainsi qu’à des niveaux d’émotions négatives plus faibles que les trajets liés au travail ou aux obligations du foyer.
  • Les trajets liés à la restauration (boire et manger) semblent être les plus heureux.

Et vous, faites-vous des trajets à vélo ? Alors, pourquoi ne pas essayer pour arriver au travail plus heureux et moins contrarié ?