Skip to main content

Contestataire, anticonformiste, provocateur… Peu importe comment vous voulez les appeler, ce sont en grande partie ceux qui ont choisi de marcher au rythme de leur propre tambour qui finissent par avoir un impact durable sur le monde qui les entoure.
Ils osent sortir des sentiers battus, défier les normes ou simplement aborder la vie avec un style vraiment unique. Ces anticonformistes inspirent, interrogent et attirent l’attention des autres, dans tous les domaines de la société, et ce n’est bien sûr pas différent dans le monde du cyclisme.

Jetons un coup d’œil à quelques-unes de ces fortes personnalités qui ont apporté un vent nouveau au cyclisme, en refusant de suivre les conventions.

Gino Bartali

 

Gino Bartali sur le Giro
Bartali (à gauche) and Olimpio Bizzi (à droite), sur le Giro en 1938 © Profimedia

Légende italienne du cyclisme sur route, Gino Bartali a remporté le Tour de France à deux reprises en 1938 et 1948. Son héritage s’est encore étauffé en 2010 lorsque ses actions pendant la Seconde Guerre mondiale ont été révélées : Bartali a joué un rôle clé avec son vélo, bien au-delà de l’aspect sportif.
A cette époque, il a pu compter sur son endurance et sa condition physique pour transporter à vélo et en secret, des messages et des documents à la résistance italienne dans l’objectif de sauver des personnes juives persécutées. Bartali a également caché une famille juive dans sa cave, et leur a tout bonnement sauvé la vie. Légende du cyclisme mais pas que donc, c’était aussi une personne qui n’avait pas peur de prendre les choses en main.

Alfonsina Strada

Quand il s’agit de contester la place de la femme dans le vélo, peu de personnes peuvent se targuer d’avoir adopté une position aussi affirmée que cette italienne !

À ce jour, elle est la seule femme à avoir participé officiellement à un Grand Tour masculin. A cette époque, les étapes pouvaient dépasser les 400 km !
Alfonsina Strada s’alignait avec les meilleurs coureurs masculins, et a même participé au Giro d’Italia en 1924. Après une chute lors de la 8ème étape, elle a refusé d’abandonner malgré son cintre cassé. Alfonsina a bricolé un cintre de fortune avec un balai, pour rester en course. Malgré quelques heures perdues, elle n’a pas abandonné et a été accueillie comme une héroïne à Milan. C’est à ce moment-là qu’Alfonsina Strada est définitivement entrée dans l’histoire, une vraie légende et pionnière du cyclisme féminin !

 

L’incroyable Alfonsina.

 

Jonathan Vaughters

Tous ceux qui ont eu le plaisir de lire ses mémoires (One-Way Ticket) le savent, Jonathan Vaughters pourrait facilement être considéré comme l’incarnation des nombreux paradoxes qui ont frappé le cyclisme au fil des ans.

Vaughters a été aux premières loges des grands événements cyclistes des trois dernières décennies. Il était à la fois un ancien coéquipier de Lance Armstrong et un témoin de premier plan contre lui. Il a fait le choix de renoncer au dopage et de créer une équipe cycliste pro qu’il souhaite propre.

 

Vaughters (à gauche), juillet 1999 sur une route près de Nantes, à l’entraînement. © Profimedia

Au cours de la dernière décennie, il a contribué à sortir le cyclisme de l’ère tumultueuse d’Armstrong. En présentant une équipe de coureurs talentueux bâtie autour d’une approche rigoureuse de la course propre, il a établi un nouveau standard dans le cyclisme qui s’est étendu depuis dans le peloton.

 

Juliana Buhring

Légende cycliste incarnant le courage et la solidarité, la vie de Juliana Buhring se lit déjà comme un thriller, alors même qu’elle n’a pas encore 40 ans.
Cette écrivaine accomplie et cycliste d’ultra endurance a été élevée au sein d’un culte religieux, dont elle s’est échappée lorsqu’elle était encore une jeune femme. Elle a ensuite voyagé dans le monde entier, en menant des actions caritatives en Ouganda, pays déchiré par la guerre civile, et en se produisant comme go-go danseuse pour payer les factures. Après avoir relevé un certain nombre de défis personnels, elle s’est tournée vers le cyclisme pour se donner un but et pour devenir la femme la plus rapide à faire le tour du monde à vélo.

En 2012, elle s’est attaquée à cette aventure de 18 000 milles (29 000kms), pendant 152 jours, à travers quatre continents et 19 pays.
C’est l’une des premières athlètes à relever un tel défi avec peu d’argent et sans sponsor. Juliana Buhring continue de faire tomber les barrières dans le cyclisme d’ultra endurance, confirmant encore que les seules limites sont celles que l’on se met 🙂

 

Bernardo Ruiz

Le plus vieux vainqueur du Grand Tour encore en vie aujourd’hui. À 96 ans, Bernardo Ruiz est aussi connu pour fumer comme un sapeur et boire une petite vodka pendant qu’il raconte sa vie passionnante, adaptée au grand écran.

Bernardo Ruiz a fui les purges de Franco et la pauvreté en Espagne pour devenir l’un des cyclistes les plus décorés de l’histoire. C’est aussi l’un des rares coureurs à avoir enchaîné les trois Grands Tours en une seule saison, ce qu’il a fait à trois reprises. Les difficultés qu’il a rencontré dans sa vie lui ont forgé un mental d’acier, dont il a fait preuve en tant que coureur.

 

Marianne Martin

 

Les gagnants du Tour de France, Laurent Fignon et Marianne Martin sur le podium le 22 juillet 1984 à Paris. © Profimedia

Pour ceux qui pensent que les femmes méritent une place sur le Tour de France, ne cherchez pas plus loin que l’histoire de Marianna Martin. Sa plus grande gloire ?

Sa première place lors du premier Tour de France Féminin en 1984. Bien que l’avenir de la version féminine de cet événement prestigieux soit sujet au débat, lorsqu’il est apparu sur la scène en 1984, il a eu un effet galvanisant pour le public et les athlètes. Avec 18 étapes, c’était la plus longue course par étapes féminine jamais organisée, et cela a attiré l’attention de nombreuses compétitrices.

Elle reste la seule Américaine vainqueur de cette course qui a eu lieu jusqu’en 2009. Sans référence, elle a obtenu la dernière place de l’équipe nationale américaine, après avoir convaincu le sélectionneur américain Edward Borysewicz. Elle pris la tête de la course en remportant les 14 et 18ème étapes.

Malheureusement, elle arrêtera ensuite la compétition pour des raisons de santé.

 

Vous aussi, écrivez votre histoire en rejoignant le club ŠKODA de votre région pour échanger et rouler avec des passionnés !

 

Je rejoins un club ŠKODA

A LIRE AUSSI

Course, en hiver, sous la neige
VELO DU QUOTIDIEN

Choisir un vélo pour l’hiver

Regardez votre bête de course en carbone. Et maintenant regardez votre cadre en acier. Et…
Copenhagen, une des villes du projet Handshake.
VELO DU QUOTIDIEN

Quatorze métropoles européennes lancent un grand projet d’amélioration de l’environnement cyclable

De nombreuses études ont démontré les avantages du vélo pour la qualité de vie en…
CONSEILS

Comment transporter son vélo en voiture ?

Vélo, voiture… ce sont deux modes de transports différents. Et pourtant, loin d’être opposés, nous…
Veste thermique SKODA
CONSEILS
Le guide ultime des cadeaux de Noël pour les cyclistes
Tout ce qu’il faut savoir sur la présentation du Tour de France 2020
CYCLISME PRO
Tout ce qu’il faut savoir sur la présentation du Tour de France 2020
Utiliser sa voiture pour rejoindre un lieu d'entrainement hivernal
CONSEILS
Entraînement cycliste hivernal – Plan de course fractionné
CLUBS
L’ENYAQ iV, LA STAR DU TOUR
L’histoire du Maillot Vert ŠKODA et le légendaire Peter Sagan
CYCLISME PRO
L’histoire du Maillot Vert ŠKODA et le légendaire Peter Sagan
Championnats du monde UCI Yorkshire 2019 Julian Alaphilippe
CYCLISME PRO
Le Yorkshire fête le vélo